Coral Gables : Le Miami féérique

Loin des hauts buildings de Brickell et des fêtes pétillantes de Miami Beach, Coral Gables est un quartier attirant par sa grande diversité et son raffinement, tant au niveau de son architecture, que par sa douceur de vivre.

L’élégance architecturale…

Réputé comme l’un des plus beaux quartiers de Miami, Coral Gables surprend par la beauté et la diversité stylistique de son architecture. Fondée par Georges Merrick en 1925, on y découvre divers courant architecturaux d’inspiration coloniale (the Colonial Village), française (French City ou Country Village), chinoise (The Chinese Village), ou Italienne (The Italian Village). Lorsqu’on s’y promène, une atmosphère calme et quelque peu surannée nous enveloppe. Parmi les plus beaux endroits, il faut aller à la rencontre du Biltmore hotel, inspiré du Giralda à Séville et offrant une façade majestueuse d’inspiration espagnole haute de 100 mètres. L’hôtel comprend également un magnifique terrain de golf et la plus grande piscine privée du continent américain. D’autres superbes constructions sont à découvrir également, la Mairie, le Country club, ou  l’ancien poste de police..

… culturelle…

Coral Gables offre un programme culturel très appréciable. Les théâtres y sont nombreux et proposent des spectacles de Broadway ou des créations locales et authentiques (le Theatre Miracle, le Gable Stage ou l’Actor’s Playhouse). Les amateurs de cinéma d’auteur trouveront également leur bonheur au Coral Gables Art Cinema. C’est aussi une ville de festivals, de galeries et de vernissages, citons notamment le Mercedes-Benz de Coral Gables Galerie Night Live (tous les premiers vendredis du mois), le Carnival on The Mile ou l’International Mango Festival (après celui de Delhi !). Enfin le Lowe Museum, et le Coral Gables Museum ne sont pas en reste avec leurs collections et expositions de qualité.

… naturelle…

En été, vous trouverez un peu fraicheur alliée à une végétation magnifique au Matheson Hammock Park, ou au Fairchild Tropical Garden. N’oubliez surtout pas de faire un plongeon dans la précieuse Venetian Pool, construite à l’image d’une discrète maison vénitienne avec sa précieuse lagune. 

…sans oublier le shopping

La fameuse promenade sur la Miracle Mile sera l’occasion de découvrir des petits restaurants de toutes origines ainsi que des boutiques locales raffinées. Le Merrick parkmall center est aussi le parfait endroit pour flâner tranquillement, passer une après-midi shopping ou boire un verre entre amis. Le soir, les lieux comme le Room 25 ou The Bar, sont particulièrement appréciés pour y passer une soirée agréable.

Des lieux de résidence d’exception

Si la vie à Coral Gables vous attire, vous trouverez de superbes maisons d’exception et appartements spacieux à vendre grâce à l’agence immobilière BARNES Miami. Ses consultants sélectionneront pour vous les plus belles propriétés de prestige à vendre du quartier.  

Contactez-nous.

L’art de vivre à Wynwood

Autrefois ghetto peu fréquenté dans les années 1990, Wynwood connait un essor inouï ces 20 dernières années en devenant le quartier artistique de Miami parmi les plus visités.

Aujourd’hui sa beauté pétillante et son attractivité défient presque la popularité de South Beach.

Divisé entre le Art District et le Fashion District, Wynwood est le bouillonnant quartier arty de Miami. Autrefois zone industrielle peu recommandée, ses entrepôts négligés sont aujourd’hui des galeries, installations, musées, bars et ateliers d’art aux couleurs saisissantes et électriques . Une chose est certaine :  cette créativité fulgurante et totale liberté d’expression artistique sur les Wynwood Walls est ce qui a redonné vie au quartier. 

Emblématique lieu d’art urbain en plein air, Wynwood est une célébration du Street Art à travers les œuvres de Shepart Fairey, Ron English, La Pandilla, David Walker, Kashink et bien d’autres. Les peintures murales aux multitudes de styles créatifs s’offrent aux yeux des promeneurs, sans qu’ils s’en lassent. Avec plus de 70 galeries d’arts, musées et collections (Rubell Family Collection, et le MOCA Ascaso Gallery Inc, GGA GALLERY, Walt Grace Vintage, Gregg Shienbaum Fine Art…) la vie à Wynwood est une découverte artistique imprévisible et sans fin. Tous les deuxièmes samedis du mois, le Wynwood Art Walks ouvre les galeries de 18h à 22h, où on boit un verre, on se promène d’une galerie à l’autre toute la soirée, on découvre de nouvelles créations… 

Tous les soirs, le quartier s’anime à la lumière des bars et restaurants ultra-branchés. Si vous n’avez pas encore mis les pieds dans le quartier, certains sont incontournables comme le Wynwood kitchen Bar, le Little Haiti, Alter, 1-800 Lucky ou encore KYU, Joey’s

Les amateurs d’arts avisés et attirés par Wynwood, ont organisé leur vie  proche de ce district. BARNES vous propose justement une unique sélection d’appartements à la vente dans les environs les plus proches de ce cœur à Downtown, Brickell ou Edgewaters

N’hésitez pas à nous contacter.

Une destination à suivre ? Miami

L’immobilier de prestige est en perpétuel mouvement, suivant les évolutions de notre société et les choix de la clientèle haut de gamme, à la recherche de toujours plus d’excellence. Qu’il s’agisse de capitales, de beaux lieux de villégiature ou d’adresses exclusives, voici notre sélection des destinations à suivre. Celles qu’il faut découvrir dès aujourd’hui pour mieux y investir ou y vivre demain :
Miami, Montréal, Lisbonne, Porto, Madrid, Londres, Genève, Monaco etc.

Parmi elles, Miami en Floride.

Cette métropole internationale au carrefour des Amériques est également ouverte sur l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie. Les secteurs d’activité en pleine croissance (port de marchandises et de croisières, santé, aéronautique, technologies, …) s’ajoutent au climat ensoleillé toute l’année. Elle attire les personnes fortunées grâce aux événements prestigieux autour des yachts, de l’Art et du design contemporains (Art Basel Miami Beach, notamment).

Les quartiers les plus prisés

Les quartiers récents et ceux dont la capacité locative est prouvée : Brickell, Edgewater, Downtown au cœur de la ville, Miami Beach. Pour l’acquisition de résidence principale et secondaire, les bords de baie (villas) et les bords de mer (appartements) dans une zone qui va de Sunny Isles au Nord à South Pointe au sud de Miami Beach, sans oublier Venetian Islands, les communautés privées ou gardées (La Gorce Island, Bay Point, Sunset Islands), Coconut Grove et Key Biscayne.

Les biens recherchés

Villas d’architecte au bord de l’eau, avec pontons… et appartements (« condos ») offrant des vues imprenables sur la baie, l’océan. Les services y sont aussi variés que les prestations hôtelières : piscines, salles de sport, spa…

Les attentes

La possibilité de pouvoir profiter des différents lieux animés de la ville, tout en bénéficiant d’une vie de quartier de qualité, des services personnalisés et des standards de construction les plus modernes.

La clientèle

Elle est variée dans ses âges, ses origines, ses aspirations. Miami attire des acheteurs du monde entier, avec des motivations diverses : investissement, diversification patrimoniale, résidence secondaire, implantation durable.

Les opportunités et perspectives

Miami s’affirme comme l’une des quatre grandes villes américaines du XXIe siècle, avec une population de plus en plus jeune, un développement des affaires dans un climat économique et fiscale favorable.

Barnes Story:

Un appartement acheté à 9,5 Millions de $ par un client international de renom à une grande fortune américaine. Ce bien exceptionnel était « off market » mais correspondait à tous les critères recherchés. Et il a suffi que l’acheteur et le vendeur se rencontrent pour que l’affaire soit conclue !

house

Qu’achète-t-on avec 2 Millions de dollars ?

Un appartement neuf, à l’architecture créative et innovante situé au bord de la plage et bénéficiant de prestations haut de gamme ou une villa de quatre chambres sur l’eau avec ponton.

Et demain ? Séduire les « millennials »

Les trentenaires sont encore assez rares aujourd’hui parmi les acheteurs d’immobilier de luxe mais il est évident que ce sont eux qui tiendront le marché dans dix ou vingt ans.

Pour le Luxury Trend Report 2018 de l’Ifop, le premier enjeu du luxe est « la conquête des jeunes générations, millennials et génération Z ». Qui sont-ils ? Difficile de répondre avec une absolue précision, car il n’en existe aucune définition officielle. Souvent appelés « génération Y », les millennials sont les jeunes adultes nés entre 1980 et 2000, ceux nés après 2000 formants pour leur part la « génération Z ». Leur point commun ? Etre les premiers « digital natives » et focaliser l’attention des industries du luxe, qui doivent absolument capter leur clientèle.

« Les millennials raisonnent de manière digitale. Ils sont entrepreneurs par nature, dans un environnement personnel et professionnel qui doit en permanence rester connecté, mobile et flexible. Leur perception de l’immobilier en découle. Ils ne veulent pas posséder de manière isolée, ils veulent partager et régulièrement changer. »
Rodrigo Uhart, 23 ans, Designer, Artiste, Entrepreneur

Quelques millennials sont devenus de très influents milliardaires, à commencer par les créateurs de Facebook, Google ou Twitter, et de manière plus globale ceux qui ont percé dans les univers Internet et high-tech.

Le nombre des UHNWI nés entre 1980 et 1995 reste faible, car ils ne représentent que 3,2% de la population mondiale des grandes fortunes. Parmi eux, les héritiers sont une minorité, les deux tiers des millennials ayant fait fortune grâce à leurs propres efforts (soit la même proportion que pour tous les UHNWI).

A l’horizon 2026, les principaux consommateurs de luxe seront, en nombre, les millennials. Ce qui contraint les marques de luxe à s’adapter pour maintenir un niveau constant de désidérabilité et leur part sur tous les marchés. Les acteurs de l’immobilier de prestige se doivent de proposer une offre et des services aptes à les satisfaire, notamment en ce qui concerne la communication, qui se doit d’être digitale, immédiate et transparente.

Cette nouvelle clientèle est friande de maisons modernes ou de penthouses domotisés en milieu urbain. Mais c’est une population volatile, qui aime le changement et ne reste jamais longtemps dans les biens immobiliers qu’elle achète.

« Les millennials vivent et consomment de manière digitale. Il y a 5 ans, personne n’auraient imaginé vendre en ligne des produits d’exception. Alors que pour les millennials fortunés, il est normal d’acheter un appartement, une voiture de luxe ou un yacht depuis un smartphone ! »
Benoît-Etienne Domenget, CEO de Sommet Education

Vous voulez en savoir plus ? Contactez-nous !




L’instinct mode à Miami avec Laure Hériard-Dubreuil

Cofondatrice en 2009 du concept-store The Webster à Miami, cette passionnée de mode a depuis ouvert plusieurs boutiques aux Etats-Unis. Lumineuse et enjouée, elle symbolise l’élégance à la française.

D’où vous est venue l’idée, saugrenue à l’époque, d’ouvrir un concept-store consacré à la mode à Miami?

Je connaissais bien l’univers de la mode pour avoir travaillé comme merchandiser dans des maisons prestigieuses telles que Balenciaga ou Saint Laurent. un jour j’ai découvert Miami, à l’occasion d’Art Basel. Et je suis tombée amoureuse de cette ville: sa plage, son soleil, son architecture Art déco. Il y avait une atmosphère particulière. On sentait qu’il se passait quelque chose. Art Basel attirait des collectionneurs du monde entier. Mais lorsque j’ai cherché dans Bal Harbour une tenue un peu sophistiqué pour le soir, je n’ai rien trouvé. Il n’y avait aucune des marques que j’appréciais. Je me suis dit qu’il y avait un manque et je me suis lancée dans cette nouvelle vie.

Comment se sont passés vos débuts ?

J’ai fait le tour des designers français pour les convaincre que Miami n’était pas cette ville vieillotte et un peu grossière qu’ils avaient en tête, mais un lieu dynamique, à l’avenir radieux. Un peu comme Art Basel pour l’art contemporain, j’ai essayé d’y faire venir les grands noms. Apres une première boutique temporaire, j’ai ouvert The Webster dans un immeuble Art décor bleu et rose de South Beach, en 2009. Le nom m’est venu d’un ancien hôtel des années 1930 qui siégeait là.

Quel est le concept que vous avez développé ?

J’ai voulu associer une mode classique, symbole du parisianisme chic, à l’environnement de Miami, ensoleillé, latin, « fun ». Casser les codes habituels de l’élégance par un twist chaleureux et joyeux ; tout en respectant profondément l’ADN des maisons que je connaissais bien. Et j’ai créé une identité très forte. Je choisis non seulement l’assortiment des marques que je présente, mais les modèles précis qui me correspondent.
En même temps, j’ai voulu inventer une façon différente de faire du shopping. l’idée est que l’on se sente dans nos boutiques comme à la maison. En privilégiant l’accueil, les notions de confort, de détente. Le mobilier est un mélange de vintage et de contemporain. Dans nos concepts-stores, comme dans nos vêtements, on doit se sentir bien.

Depuis dix ans, vous avez multiplié les ouvertures. Allez-vous poursuivre cette expansion?
Après South Beach, nous avons ouvert à Bal Harbour pour nous placer dans un environnement très compétitif. Puis il y a eu New York, Orange County en Californie, Houston au Texas… Et fin 2019, nous devrions mourir une nouvelle boutique à Los Angeles.

Laure-the-webster
Laure Hériard-Dubreuil

Vous restez fidèle à la mode, mais vous étendez vos activités à d’autres domaines de l’art de vivre ?

Oui. À New York, nous venons de nous associer avec David Mallet pour lancer un salon de coiffure dans le flagship de Soho. Et face à la demande croissante de certains clients, nous avons crée un département « home » avec le designer Stéphane Parmentier. Il fabrique pour nous des meubles, des lampes, des services de table.

Quels sont les critères qui guident vos choix ?

Je suis mon instinct. Attentive à l’évolution de la mode, du design, je reste d’une très grande fidélité aux marques que je représente. Je ne suis pas tellement branchée sur ce qui ne dure qu’une saison. J’aime créer de vraies relations, stables et durables. Nos clients apprécient de se retrouver dans un univers familier, rassurant. Et ils sont sûrs de trouver chez nous des pièces qu’ils auront envie de porter pendant très longtemps.

Vous préférez le noir ou la couleur ?

La couleur ! En imprimés. Le rose est un peu ma teinte fétiche. Il y a aussi le bleu, le chocolat, un peu de doré. Tout ce qui donne une impression de vacances, de voyage, d’aisance et de liberté.

Vous appartenez à une famille célèbre dans le monde du cognac. Votre histoire familiale vous a-t-elle influencée ?

Beaucoup. J’ai appris à avoir les pieds sur terre et l’importance de l’enracinement. La vigne, les spiritueux prennent de la valeur avec le temps. C’est une notion essentielle dans un monde où l’on a parfois envie que les choses aillent vite.

Qu’est-ce qu’être une Française à New York ou à Miami ?

Un mélange de naturel et de sophistication. Parfois, quand je revenais de la plage le cheveu mouillé, pas maquillée et en sandales plates, on me regardait bizarrement. J’ai dû me sophistiquer un peu.

Votre définition de l’élégance ?

Se sentir bien. Si l’on s’habille simplement pour être à la mode, on ne sera pas élégant. Ce qui importe, c’est l’équilibre entre ce que l’on porte et ce que l’on est.

Par Bertrand de Saint Vincent. Photo Camilo Rios

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus !

« Miami Arty » Art Basel

À l’occasion d’Art Basel Miami 2018, Heidi Barnes a magnifiquement orchestré plusieurs événements exceptionnels au nom de BARNES Art Advisory.

Tout d’abord, la rencontre au cœur du Design District avec Cyril Kongo, graffeur internationalement connu qui vient d’être commissionné par Chanel, dans le tout nouveau restaurant Swan, fruit d’une collaboration entre Pharrell Williams, David Grutman et le chef français Jean Imbert.

Pendant cette riche semaine, la soirée Luxury Living a également pétillé en présence d’Olga Vignatelli et Gabriel Erem. Puis ce fut un temps fort à l’Art Park, Rofaïda Zaïd nous a présenté l’espace extraordinaire dédié à la culture qui a réuni plusieurs artistes et personnalités pour découvrir les œuvres de Pharrell, Luka Zabat, Daniel Ashram ou encore d’Arielle Pytka.

Enfin, c’est dans le luxueux Marquis que la semaine s’est conclue avec le vernissage de Charly Molina, un jeune artiste émergent très prometteur. Une soirée qui a réuni de grands collectionneurs du street art, des producteurs hollywoodiens et des personnalités de la mode, à l’instar du créateur Hugo Matha, la Maison Ullens, et de Cyril Bismuth, le créateur de bijoux qu’affectionne Karl Lagerfeld.

La motivation d’Heidi Barnes est et sera toujours de créer des rencontres autour du beau afin de faire naître de nouveaux projets artistiques exaltants.

N’hésitez pas à nous contacter !

La Maison BARNES lance un département dédié au yachting : BARNES Yachts

BARNES Yachts, l’expérience de l’excellence

Après l’art et le vin, la maison BARNES lance un nouveau département dédié au yachting. Un étroit partenariat développé avec Althaus Luxury Yachting, acteur reconnu de l’industrie nautique de luxe depuis plus de trente ans. Rencontre avec le fondateur de BARNES Yachts, Eric Althaus.

Quelles sont les missions de ce nouveau département ?

BARNES Yachts s’articule autour de plusieurs axes : la vente et l’achat de yachts, la location saisonnière avec plus de 1 400 yachts avec équipages proposés a travers le monde, la gestion des yachts (douanes, place au port…), un service de conciergerie d’exception et enfin un volet dédié aux rénovations et nouvelles constructions de yachts. Avec Thibault de Saint Vincent, président de la maison BARNES, nous partageons la meme passion de l’excellence. L’idée d’associer notre savoir-faire pour créer un panel de services élargis autour du yacht nous a donc paru naturelle.

Qu’est-ce qui fait la force de Barnes Yachts ?

Une équipe de professionnels avec plus de trente ans d’expertise reconnue, associée à la puissance du réseau BARNES, présent sur 60 destinations et 88 agences à travers le monde. Cela offre une garantie extraordinaire : où que vous soyez dans le monde, un interlocuteur peut répondre instantanément à vos attentes, qu’il s’agisse de sélectionner une croisière, un bateau avec équipage ou d’accompagner une transaction.

D’où vient votre amour pour ces géants des mers ?

Tout petit déjà, je rêvais de construire des yachts et d’exercer le metier de mon père. À 21 ans, j’ai poussé la porte de son bureau à Monaco. J’ai appris le métier à ses côtés puis, ensemble, nous avons créé Fraser Yachts, l’un des plus grands leaders de l’industrie du yachting et surtout le fruit d’une passion qui s’est transmise de père en fils.

Qu’est-ce qui vous passionne justement dans le yachting ?

La notion d’expérience que l’on offre à nos clients et celle de « no limit ». Mon métier me donne la possibilité de réaliser le rêve d’un homme ou d’une femme, de transmettre une émotion et que celle-ci soit sublimée.

Comment évolue le marché du yachting ?

Le marché de la location est en forte hausse, avec des demandes vers des destinations jamais visitées et des expériences extrêmes. Pour la vente et l’achat, le marché est très actif. De même que celui de la construction, avec l’émergence d’alternatives plus vertes pour le traitement de l’eau, les modes de propulsion et les systèmes de climatisation des yachts. Enfin, la notion de sur-mesure est plus que jamais au cœur des attentes de nos clients qui souhaitent vivre des expériences totalement confidentielles.

Contactez-nous si vous souhaitez en savoir plus !

barnes-yachts-Eric-althaus
Eric Althaus, BARNES Yachts

L’immobilier de prestige : Un monde d’entrepreneurs et de passionnés

Au-delà d’un projet de vie, l’immobilier de prestige permet aux entrepreneurs de vivre de leurs passions 


C’est une constante sur tous les continents, les personnes fortunées, HNWI et UHNWI, sont pour la plupart des entrepreneurs. 
Dans le cadre de la gestion de leurs actifs, ils donnent chaque année une place de plus en plus importante à l’immobilier de prestige. Ainsi vont-ils établir leur résidence principale dans une des villes les mieux notées sur le plan international, ce qui leur permettra, outre une plus-value à terme, de rester au quotidien en contact avec les autres entrepreneurs travaillant dans le même secteur. 
Au-delà de leur résidence principale, ces acheteurs vont à nouveau agir en entrepreneurs au moment de sélectionner leurs résidences secondaires. Ils transforment autant que possible ces biens en sources de revenus, via leur mise en location pour les biens résidentiels et via leur exploitation pour les projets plus entrepreneuriaux (vignoble, hôtels, chasses, haras etc.…) 

Pour ces entrepreneurs, notamment les plus jeunes, l’immobilier n’a rien de statique. Leurs investissements s’inscrivent dans un projet entrepreneurial global, celui qui leur a permis de faire fortune. 

Acquérir un bien de prestige comme on acquiert une entreprise

Pour les personnes fortunées, investir dans l’immobilier de prestige ne doit plus être vécu comme le synonyme d’une charge financière. Dans un monde toujours plus digital, les arbitrages doivent être rapides, quitte à bousculer l’ordre établi. 

Selon le site entrepreneur.com, un peu plus de 10% des milliardaires américains ont tiré leurs revenus de l’immobilier, certains affirmant que c’est le meilleur moyen de créer une richesse réelle tout en gardant une certaine indépendance financière. Et même si l’immobilier repose avant tout sur la pierre, les nouvelles technologies ont changé les règles du jeu en accélérant et en facilitant l’accès à l’investissement, notamment à l’étranger.

La nécessité d’un accompagnement global

L’art de vivre, c’est une myriade d’éléments constituant un patrimoine matériel et surtout immatériel évident et pourtant insaisissable. Pour les HNWI et UHNWI, l’immobilier de prestige n’est qu’un aspect de cet art de vivre qui en comporte de nombreux autres pour leur permettre de vivre une expérience unique au quotidien. 

Au-delà de l’immobilier de prestige, les familles fortunées ont une vision globale concernant l’organisation de leur vie au quotidien. Après avoir acquis leur résidence principale dans une ville internationale de référence, elles vont se constituer un portefeuille de résidences secondaires remplissant des aspects pratiques, émotionnels et financiers. Les plus entrepreneurs vont ensuite conjuguer passion et esprit d’entreprendre en investissant dans des « propriétés passion » tels que les hôtels, les haras, les golfs ou les vignobles.  Les investissements dans de nombreux autres domaines de passion tels que l’art, le yachting, la voile et les voitures de collection vont leur permettre de conjuguer art de vivre et esprit d’entreprise.

Consultez notre rapport 2019 BARNES GLOBAL PROPERTY HANDBOOK

Global-property-hanbook-livre

Barnes Miami, Barnes Yachts et Aston Martin Residences réunis pour le Yacht show

L’événement organisé par Barnes Miami en partenariat avec Aston Martin Residences s’est tenu le 15 février dernier en présence de Heidi Barnes, fondatrice du Groupe, Thibault de Saint Vincent, PDG et Eric Althaus, qui prend la tête de Barnes Yachts fort de ses 30 ans d’expérience dans le secteur du yachting, fournissant des services exclusifs de luxe et des solutions sur mesure pour tout type de projet yachting.

Lorsque l’on propose des résidences haut de gamme au bord de la «  Miami River », le bateau de prestige en bord de résidence s’impose.  Les invités de Barnes qui étaient conviés au lancement de Barnes Yachts, à l’occasion du célèbre Miami Yacht Show, ont pu admirer sous les étoiles et dans l’ambiance magique de Downtown de nuit, à la fois le projet des avec Aston Martin Residences et le magnifique yacht :  l’Athena tout juste inauguré par le chantier Sunreef.

Côté ville, les avec Aston Martin Residences proposent, au cœur du centre-ville de Miami, une superbe tour élancée comme un vaisseau, avec des vues imprenables sur la baie, une qualité de services et de prestations dignes de la marque légendaire. 

Les invités de Barnes Miami ont ainsi admiré le design général des appartements proposés, et les détails aussi élégants sur des poignées de portes que dans les finitions des cuisines et salles de bains.

sunroof-athena
Sunreef Athena Catamaran presenté par Barnes Yachts

Côté baie, le navire présenté par Barnes Yachts est le dernier né des prestigieux Sunreef l’Athena. Ce catamaran à moteur ultramoderne tient son nom de la déesse grecque de la sagesse, du courage, des mathématiques et des arts. Le yacht se distingue par son design sublime, sa technologie de pointe et son caractère pionnier. Le Sunreef Supreme 68 Power Athenaest un nouveau type de catamaran à moteur, fruit d’une recherche constante d’innovation et de qualité. Les invités de Barnes Miami ont pu ainsi profiter des vastes espaces de réception à l’intérieur comme des vues panoramiques à partir des ponts extérieurs.

Basée dans la principauté de Monaco, capitale du yachting, Barnes Yachts s’appuie désormais sur le réseau international BARNES présent dans les destinations de luxe du monde, de Saint Tropez, à Saint Barth, en passant par  Miami ou Los Angeles… pour rencontrer ses clients, partager leurs expériences et guider leurs décisions en matière de yachting.

Les clients pourront ainsi trouver la même qualité de service et d’accompagnement, le même souci de raffinement et d’élégance, dans deux univers complémentaires qui exigent chacun un niveau d’expertise pointu. 

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.

Art Déco

Tout savoir sur l’Art Déco

L’Art Déco est omniprésent à Miami Beach. On le trouve à tous les coins de rues, avec ses couleurs pastels, ses courbes géométriques mélangées aux lignes droites, ses hublots, ses rails chromés et ses blocs de verre. C’est même ce qui fait tout le charme du quartier, créant cette atmosphère de carte postale.

Les origines de l’Art Déco

Né au cours des années 1910, l’Art Déco est le premier mouvement artistique a avoir eu une portée internationale dans l’architecture et la décoration. Il tient son nom de l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes qui eu lieu à Paris en 1925. 

Downtown Miami.

Il s’impose après guerre en opposition à l’Art Nouveau et son esprit de liberté, en imposant un retour à la symétrie et aux formes géographiques, avec toutefois une certaine créativité dans l’utilisation des couleurs. On le retrouve dans toute l’Europe, en Amérique du Nord, en Afrique du Nord, mais également en Asie, dans des villes telles que Shanghai ou Hong Kong.

Cependant, chaque région l’a adapté et les différences entre l’Art Deco français qu’on peut retrouver à Paris et celui qu’on retrouve à Miami sont très différents.

Miami Art Deco District

L’Art Déco à Miami

À South Beach, c’est tout le quartier qui a été construit d’après les préceptes du mouvement Art Déco, avec sa propre adaptation du mouvement où l’on retrouve toujours ces formes géométriques. Après un incendie qui ravage tout le quartier en 1926, tout le quartier est à reconstruire et devient le terrain de jeux d’architectes qui laissent jouer leur imagination. Le fait que tout le quartier ai été construit à la même période explique l’unité architecturale qu’on y retrouve. À l’époque toutefois, le blanc était omniprésent et les couleurs très rares, et dès les années 1960, les habitants de ce style d’une autre époque et les projets de démolition se multiplient. Toutefois, un mouvement de protection se forme et aboutit à la Miami Preservation league, créée en 1976, qui lance de larges projets de rénovation. C’est le début des couleurs pastels si caractéristiques du quartier et qui font la signature du « Tropical Art Deco ».

La ville redécouvre son patrimoine et en fait sa carte de visite, popularisée par la série télévisée « Miami Vice ».

Le Miami Art Deco District, qui a gagné dès 1979 le statut de quartier historique des États-Unis, s’étend de la 5ème rue jusqu’au Dade Boulevard et comprend 960 bâtiments classés historiques, ce qui en fait le plus important quartier Art Deco au monde !

Miami Art Deco District

Si vous souhaitez vous plonger dans l’atmosphère Art Déco de Miami Beach, il existe des visites guidées mais également des évènements annuels, dont le Art Deco Festival qui a lieu en janvier de chaque année.

 

Découvrez des opportunités d’achat à Miami, ainsi que des opportunités de location à Miami.

+ 1 (305) 361 2233
[email protected]

Barnes Miami 
1150 SW 22nd Street
33129, Miami, Florida.

Découvrez Miami autrement avec Barnes, Sobarnes.com

Suivez-nous sur Facebook www.facebook.com/barnesinternationalmiami

Suivez-nous sur Instagram @barnesmiami

 

Credit photo : Manuel Gamba, 2013 – via Flickr under CC BY-NC 2.0

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Vie culturelle et éducation à Miami

Le bien immobilier en lui-même est loin d’être le seul critère dans la décision d’investir à l’étranger et ça, l’équipe de Barnes Miami le sait bien ! Alors pour vous convaincre de vous installer à Miami, on vous explique pourquoi vous y trouverez tout ce dont vous aurez besoin en matières d’éducation et de vie culturelle.

Une vie culturelle intense

Loin de ce que l’on peut attendre d’une destination de vacances comme Miami, la ville propose une offre culturelle si riche et diversifiée que peu d’autres grandes villes peuvent la concurrencer.

Musées et galeries d’art

Les musées et centres artistiques sont légion à Miami : le Miami Art Museum (le musée d’art contemporain), l’Adrienne Arsht Center for the Performing Arts, le Bass Museum of Art, le Vizcaya Museum and Garden ou le Wolfsonian Museum ne sont que les plus grands noms de la région. À ceux là s’ajoutent une multitude de galeries d’art, présentes dans de nombreux quartiers, notamment dans le Design District, à Coconut Grove ou à Coral Gables. Elles présentent des œuvres venues du monde entier mais également de nombreux artistes locaux.

Shopping et restauration

Dans une ville où la multi-culturalité fait loi, on ne s’étonne plus de trouver une offre de restaurants et de boutiques aussi variées et pour tous les budgets, des plus démentiels aux plus serrés. Le Dolphin Mall, Lincoln Road, Coco Walk ou Miracle Mile comptent parmi les adresses préférées de toutes les modeuses de la planète. Les foodies ne sont pas en reste puisqu’on trouve à Miami de la cuisine venue du monde entier, de l’américain typique aux cuisines européennes, en passant par l’Asie, l’Afrique et l’Amérique Latine. Tous les palais de Miami ont de quoi trouver leur bonheur !

Clubbing

Vous êtes surement au fait de ce point là. La vie nocturne de Miami fait rêver les fêtards du monde entier ! La diversité des bars, des clubs et des boites de nuit vous promet de trouver l’ambiance correspondant à votre âge et vos goûts musicaux.

Nature

Ce qui va peut-être le plus vous surprendre, c’est que Miami n’a pas perdu son lien avec la nature. Elle reste omniprésente et très accessible. Les plages sans fin, qu’elles soient naturelles ou aménagées, les innombrables parcs de la ville dont certain sont de renommée mondiale ou encore les lagons permettront aux afficionados d’air pur de profiter du grand air tout en bénéficiant des avantages d’une grande ville. On ne compte plus les sports d’extérieurs qu’il est possible de pratiquer à Miami, sur l’eau comme sur terre.

Une éducation de qualité

Autre critère plus qu’important lorsque l’on s’expatrie en famille : la qualité du système scolaire. Et à Miami, vous avez de quoi être rassurés, car …

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench